pMp : le petit Monde de paulo

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 28 février 2007

A lire dans Libé : L'élection dans le miroir aux sondages

De l'inintérêt (et de l'intérêt) des sondages électoraux : L'élection dans le miroir aux sondages

Au fait, vous ai-je dit que je pronostique depuis 2 ans un second tour PS/FN ?

lundi 26 février 2007

République des blogs à Nantes : 2e rencontre

Le 2e rendez-vous nantais de la République des blogs se tient mardi 28 février. J'essayerai d'y passer.
Plus d'infos ici

dimanche 25 février 2007

A lire dans Le Nouvel Obs : La femme à abattre

Nous voilà entrés, sans qu'il y paraisse, dans la plus « lutte des classes » de toutes les campagnes électorales récentes...

La chronique de Jacques Julliard, La femme à abattre

jeudi 8 février 2007

Bordel en flash

Trop fort la Une du site de Pascal : dessins, peintures ou illustrations jetées comme ça au hasard, que l'on pioche au gré d'un clic... Pour faire l'analogie avec la photo, on s'approche de l'album papier, avec visons globale des pages et détail sur celle que l'on veut en la regardant de plus près... Je veux ça ! ;c)
Pascal Quéru - graphiste, plasticien et illustrateur

mardi 6 février 2007

Oui à l'impôt

Ok, le titre est un peu provocateur. Et pourtant... Combien de fois je me félicite des services publics et des infrastructures que j'utilise tous les jours. Voilà pourquoi je viens de signer l'appel du mensuel Alternatives économique contre les mesures démagogiques de réduction fiscales.
"Nous, soussignés, assujettis à l’impôt sur le revenu, et pour certains d’entre nous, à l’impôt de solidarité sur la fortune, considérons ces prélèvements comme légitimes et sommes fiers d’apporter ainsi notre contribution aux dépenses publiques nécessaires au progrès, à la cohésion sociale et à la sécurité de la nation"...

La suite ici : Pourquoi nous consentons à l'impôt

vendredi 2 février 2007

Ouvrez la besace à promesses !

Marianne a publié ce matin un papier sur La « Sarkoffensive », analysant la stratégie de l'UMP d'ici le 11 février, date à laquelle Ségolène royal annoncera son programme. Extrait :
"Surtout, ne pas laisser passer un jour sans prendre l'initiative, sans bombarder la scène publique de propositions nouvelles, concrètes et innovantes, tout en visant des catégories particulières. Les ouvriers et les employés d'abord, que les socialistes ont laissé à l'abandon, mais aussi les jeunes et les fonctionnaires, que le PS croit attachés à jamais. (...) L'objectif est de mettre la pression maximale sur l'équipe de Ségolène Royal, pour qu'elle manque son rendez-vous du 11 février prochain. « Il lui sera impossible d'être à la hauteur si on met la barre trop haut », explique un proche du ministre de l'Intérieur".

Démonstration immédiate
La démonstation n'a pas tardé. En milieud 'après-midi, le Monde reprend une dépêche Reuters : Nicolas Sarkozy veut revaloriser le statut des enseignants.
"Nicolas Sarkozy a chargé Xavier Darcos d'une mission sur une amélioration des conditions de travail, du statut et du revenu des enseignants."On ne peut prétendre que l'école est une priorité si on n'assure pas le respect et le prestige de la fonction enseignante", écrit dans sa lettre de mission à l'ancien ministre délégué à l'enseignement scolaire le candidat de l'UMP à la présidentielle."Je ne souhaite pas une réforme du statut des enseignants, mais une amélioration nette et indiscutable de leurs conditions de travail, de leur statut social et de leurs revenus", ajoute-t-il."

Bilan
Voilà donc le programme jusqu'au 11 février : des propositions, des arrosages catégoriels, de la surenchère. Ca nous promet une semaine difficile, mais qui peut-être drôle : noyé sous tant de promesses mirobolantes, l'électeur risque bien de se douter de quelque chose, et de regarder en arrière : qu'ont-ils donc fait réellement depuis 5 ans ?

Un blog pour l'analyse du discours... et du reste

Au détour d'un excellent billet consacré à la "cressonisation" de Ségolène Royal, je viens de découvrir ce blog Technologies du Langage, écrit par Jean VÉRONIS, Professeur de Linguistique et Informatique, qui y décortique le langage de la campagne, au sens large du terme et toutes tendances politiques confondues. Très instructif.